La dégustation

Vin, dégustation

Verre de la série les « impitoyables »

(Mise à jour novembre 2017) bientôt les salons.
Vignerons indépendants.

L’art du vin, est aussi celui de la dégustation.
C’est un passage oublié dans nombres d’écoles hôtelière faute d’argent et à cause d’une réglementation un peu trop restrictive.
Hors impossible de comprendre le vin ou d’autres produits gastronomiques sans comprendre le mécanisme sensoriel.
Pour le chocolat il semble que les choses ne soient pas clairement établi, mais le processus reste assez similaire. Pour le thé et le café voir l’huile d’olive ou le miel on retrouve toujours certaines constantes

Le goût : il est, en vérité très limitée, seulement 4 saveurs, le sucré, le salé, l’amertume, l’acidité. Cependant c’est là que l’on juge de l’équilibre du vin. Et aussi pour les japonais la cinquième saveur l’umami, composante encore un peu abstraite chez les occidentaux.
L’Odorat : c’est ce sens qui fait l’essentiel, grâce â la rétro-olfaction, les arômes remontent par la gorge dans le nez.
La vue : notre meilleur ennemi, on a tendance à se laisser influencer par les étiquettes, et tentez l’expérience de boire dans un verre noire. Pas si facile de distinguer ne serait-ce que la couleur.
L’ouïe : elle n’est pas d’un grand secours dans la dégustation ! Sauf peut-être dans la dégustation du chocolat… Et encore !  Ça peut aussi agacer lorsque les dégustateurs font passer de l’air au dessus du vin lors  la dégustation en bouche, ce qui fait le bruit assez caractéristique et qui peut agacer…
Tentez le test de la dégustation à l’aveugle, et tenter avec vos produits préférés, yaourt aux fruits. Vous verrez que les parfums ne sont pas si évidents que ça, quand on ne peut pas lire l’emballage ni voir la couleur, surtout que là, il y a souvent des arômes artificiels.

J’ai longtemps pensé que l’art de la dégustation, n’était pas pour moi, et un jour on m’a expliqué que c’était à la porté de tout le monde, et que ça n’était pas que le monde du vin… Le café, le chocolat, les huiles, les miels et j’en oublis.
Bref déguster c’est prendre le temps, se concentrer sur sa tasse son verre et tenter de mémoriser et d’apprécier…
Pour le vin l’auxiliaire à ne pas négliger c’est le verre, pour le café, ce sera la manière de le faire, le thé l’infusion et aussi certaines théières… l’huile d’olive et le miel on l’avantage de contenter d’une cuillère…

À suivre les principaux arômes des vins.

Des articles aux 4 coins de la toile…
L’art de la dégustation le thé
Déguster du Chocolat c’est plus compliqué que le vin
Huiles d’olives et si on apprenait la dégustation
Le « Cupping » ou l’art de la dégustation du café
La mélilogie ou l’art de déguster du miel

Devoirs de Vacances

Ou plutôt « Challenge de vacances ».

De retour de vacances voilà ce que vous ai concocté pour bien débuter cette nouvelle année 2012- 2013 suite aux nombreuses questions que l’on me pose au sujet d’une formation sur les vins.

Le problème est le suivant comment en quinze jours moyennant une formation de 6 heures par jour, vais-je pouvoir devenir un amateur éclairé en dégustation et en culture viticole française.

  • Premier problème définition du Public :
    éclairé ou complètement néophyte.
  • Second problème :
    les moyens mis à ma disposition pour réaliser cette formation qui pourrait parfaitement être une auto-formation.
  • Le planning est un aspect important à considérer
  • La dégustation journalière est un incontournable pendant la durée de cette formation.