Les mûres.

Des mûres mures...

Mûres

Une délicieuse indésirable…

La nature est généreuse mais quelque peu piquante, c’est le triste destin des mûres, fruits des ronces que l’on arrache, et qui sont le signe d’un jardin à l’abandon… l’éradication des ronces, a rendu ce petit fruit commun, on ne peut plus rare et chère à l’achat… Alors qu’il suffit d’un petit bout de terrain des gants et de quoi conduire les tiges… pour profiter gratuitement de ses bienfaits… Elles sont mures, en ce moment un peu partout, on la mange cru ou cuite, cueillie à bonne hauteur, les fruits trop bas pourraient avoir été contaminées par la redoutable échinococcose, sauf si elles sont cuites au-delà des 60 degrés, bref, en cet été 2016 où les fruits et légumes atteignent des sommets ne vous privez pas….
Surtout qu’à état sauvage elle est sobre en sucres, riche ne vitamine C. source de vitamine A,B et E. Toutes ses étonnantes qualités sont expliquées (là-bas)..

Mangez de saison !!!

Notes sur ce millésime 2016 qui s’annonce

Et des idées de visites en vacances ou sur la route… en bas de page.

Notes personnelles et provisoires évidemment… sur les influences climatiques de ce millésime 2016.

Hiver doux avec un mois de décembre 2015 exceptionnelement doux, et assez doux de janvier à mars.

Printemps très froid avec un mois d’avril avec des températures de -10 degrés par rapport aux moyennes. Et relativement humide. Cette tendance était globalement partout la même en France métropolitaine.

Gelée en Bourgogne et risque important de perte de récolte, entre autre dans le Chablisien,et les régions de Cognac, Champagne, le vignoble  de Menetou Salon et la région Aquitaine, orages, grêles, inondations  l’année 2016 promet d’être difficile pour le moment. Voyons voir qui aura le plus de chance cette année, car là ça devient vraiment une question de chance… Avec la palme de la poisse pour le Chablisien touché d’abord par les gelées de printemps puis par la grêle. Et lors de mon passage juste avant les vendanges c’est l’appellation Saint-Bris avec ces sauvignons qui aurait le plus souffert…

En Champagne gel important, et pluviométrie importante, le mildiou s’est développé. Les viticulteurs auront l’autorisation de puiser dans leur vins de réserve, il ne devrait pas y avoir d’impact sur la production des champagnes sauf les millésimés dont les conditions climatiques de fin d’été seront déterminantes…

Et ce millésime décidément compliqué, les viticulteurs de « Pic Saint-Loup » touché par la grêle juste avant les vendanges et des zones touchés par la sécheresse…

Cette fin d’été va donner des récoltes disparate, en Provence on accuse un gros déficit de pluie, pour les régions les plus arides comme les coteaux de Pierrevert près de Manosque ou les vendanges même en rouge était avant le 15 septembre. Alors que dans le Nord on projette plutôt fin septembre.

En cette fin d’été allez découvrir l’intense activité qui règne dans les exploitations. Et profitez en pour découvrir les produits régionaux.

Le Far Breton

Bien arrosé...

Far Breton

La simplicité de ce dessert m’a toujours plu, et une de mes amie se moquait de la gastronomie bretonne, comme étant assez pauvre, comme je ne savais pas vraiment quoi lui répondre, je me suis aperçu que je connaissais mal cette région, qui ne possède pas de vignobles, et dont les fromages sont moins connu que les régions phares, sans jeu de mots. Voici la recette du far Breton que j’ai musclé parce qu’après tout, les bretons est un peuple de marin c’est pas une bonne dose de rhum qui va leur faire peur :

Ingrédients :

  • 4 oeufs
  • 120 grammes de farines
  • 80 grammes de sucre bio.
  • 1 cuillère de miel selon le goût.
  • 1/2 litre de lait
  • 50 gr. de beurre fondu
  • 15 cl. de rhum
  • 200 gr. de pruneaux

Je fais gonfler les pruneaux dans le rhum
Je mélange les ingrédients en commençant par la farine, les oeufs le lait etc…
On peut laisser reposer la pâte 1 heure si on a le temps. Quand on est gourmand on a pas le temps.
Préchauffer le four 200°, beurrer un moule verser la pâte.
Y ajouter les pruneaux joyeusement égouttés les sécher en les roulant dans la farine et les placer délicatement dans la pâte.
Cuire 1/2 heure à 200° puis baisser jusqu’à cuisson complète.
J’ai rajouté le rhum dans la pâte ce qui était à mon goût, mais pour des enfants il faudra réduire cette quantité… (Pour quels n’y prennent pas goût…)

La cuisson écolo

Barbecue solaire

Cook up 200 d’IDCOOK

Bon 2016 n’est peut être pas l’année idéale pour se lancer… Mais après tout l’été vient juste de commencer… Mal… C’est vrai ! La crue du Loing, de tous les records… En tous cas dans le sud le barbecue Solaire tourne à plein régime. Et c’est en plus une oeuvre d’art
Petit inconvénient, faut du soleil… Que du soleil, si non, on peut opter pour le four solaire qui supportera quelques tous petits nuages. Mais l’avantage c’est qu’on peut le fabriquer soit même et partir en randonnées avec si on opte pour son alter-égo en carton.
Pas de flamme idéal avec des enfants…
Pour le moment j’attends les recettes du sud, car j’ai moins de succès, le soleil ici étant capricieux, mais des sardines grillés aux herbes de Provence, le poissons, des gambas et évidemment les incontournables saucisses, ce barbecue fait tout comme les autres, en évitant que les graisses ne se consument dans les flammes. Il ne vous obligera pas à vous séparer de votre barbecue classique pour les journées couvertes ou si vous aimer vraiment le goût de grillé, vous pourrez au moins utiliser le briquet Solaire, vendu également au même endroit.
Comme d’habitude comme mon but n’est pas de la publicité, je vous donne l’adresse des concurrents qui font des fours beaucoup plus puissants, mais peut-être un peu moins pratiques. Et ce sont des « Franco-Suisse » avec Focalis.
Et puis pour occuper les petits cet été, pour le fabriquer ce fameux four, c’est juste du carton, du papier d’élu, et un peu de colle, et c’est par ().

Une mise à jour avant de le perdre de vu, un restaurant solaire à Aubagne…
Un restaurant propulsé au soleil, à utiliser seulement quand le soleil donne.

La voiture propre ?!

Véhicule propre !!!

Les véhicules hybrides électriques, sont-ils des véhicules « propres »… en fait pas vraiment, une voiture neuve sans aucun kilométrage, c’est déjà à peu près l’équivalent de 25000 km parcouru en thermique, dû à l’énergie utilisée pour sa fabrication… Si le véhicule est hybride, ça ne fera pas beaucoup de différence avec un moteur thermique classique économe. reste donc le tout électrique « nucléaire » chez nous, ou le gaz « GPL ».

Alors qui sont les fabricants au top des ventes de véhicule électrique en ce moment.
Le Palmares des véhicules électriques 2016

  1. Renault Zoé.
  2. Nissan Leaf
  3. BMW I3
  4. Peugeot Ion (Label origine France garantie)

Les principaux inconvénients de la voiture électrique est l’autonomie, le prix de revient et la location des batteries… Soyez en sûr, les constructeurs ne vous pousserons pas à la consommation, car pas d’entretien autre que les très chères batteries, robustesse (trop 😉 ) et émancipation du très cher pétrole.
La numéro 1 en terme d’autonomie est le haut de gamme de Leaf (Nissan) qui affiche 250 km d’autonomie en vison mais qui vous le fait payer très cher… les autres tournent plutôt autour des 150 km « théorique ». La vitesse est souvent plafonnée à 130 km environ, de toute façon, vitesse = perte d’autonomie… « Donc qui va doucement va longtemps » l’autoroute et ses très cher péages si vous auriez à 100 km ce sera déjà un miracle, car la batterie se nourrie des freinages sur route classique.
Les batteries sont souvent en location pour environ 80 € par mois, ce qui limite l’achat aux gros rouleurs, citadins… Mais certains modèles proposent les batteries à l’achat.

C’est clair pour passer à l’électrique faut y être préparé !
Mais un dossier comparatif thermique VS électrique montre qu’à l’usage c’est une voiture très économique. pas ou peu d’entretien, carte grise gratuite voir bien moins chère, assurance moins chère coût au kilomètre très inférieur. (lire le dossier complet là -bas)
Pour passer à l’achat il va falloir être bien informé sur l’utilisation de la batterie, performance pouvant être réduite en hivers. impératif pour certain modèle d’être branché en permanence pour éviter que la batterie ne se décharge comme la « Blue Car » de Bolloré; l’autolib. La recharge à la maison peut nécessiter la pose d’une « Box » de recharge, sécurisé et rapide, comme pour la Renault Zoé.

l’électrique trouve sa place dans les flottes d’entreprises et les seconds véhicules des particuliers, ce qui est déjà pas mal.

La bonne transition est certainement l’hybride pour ceux qui ne sont pas tout à fait prêt.

Le constructeur numéro 1 c’est évidemment Toyota, qui est à des années lumières des autres constructeurs, qui d’ailleurs ont tous menti sur la consommation réel de leur véhicule.

Un véhicule se distingue en particulier c’est la Yaris hybride, qui affiche 3,1 l au 100 km en essence… un véritable exploit. à noter que cette voiture possède le Label « origine France garantie » et d’un confortable Bonus car elle sous la barre des 110 gr de CO2

Reste les hybride rechargeable
Ces véhicules sont rechargeables sur une prise et utilise le carburant pour recharger les batteries. Ce sont presque tous des véhicules haut de gamme. Ils bénéficient aussi d’un bonus, assez dérisoire vu le prix des modèles quoi que, ça peut aller jusqu’à 4000 @. mais je pense que ce n’est pas ça qui motivent les acheteurs.
À noter tout de même la « Honda Jazz hybride rechargeable » à l’essai contre la Toyota Yaris Hybride dans un article… (là-bas)

On va être obligé de parler Batterie, car la technologie est loin d’être propre, même si ça occasionne moins de dégâts que le pétrole, ça en cause quand même…lire là-bas !

A noter que rouler électrique peut être très fun, avec des voitures très differentes comme la « C Zen » du constructeur français Courb, qui vient d’être repris par l’Allemand Magnum Pirex, ou la « Bluecar de chez Bolloré et son alterégo l’EMehari. Ou encore la regretté Lumeneo Smera.

Et comme chaque année on nous annonce la révolution automobile propre l’année prochaine… Donc pour conclure, les kilomètres les plus propres sont ceux que vous ne parcourez pas… sauf peut être en vélo 😉

Le beaujolais

(Les données dates de mon diplôme de sommelier il y a longtemps… Et du coup je re-découvre avec amusement certains détails que je vais m’empresser de vérifier.. Car j’ai un peu de mal avec les vins rouges trop frais, et parfois aussi les vins blancs ça tue les arômes)

 Situation géographique:

A l’ouest immédiat de la Saône, les coteaux du beaujolais appartiennent au massif central.
60 km de” long du sud de Macon à Villefranche sur Saône. 12 à 15 km de large des monts du beaujolais à la Saône, pour leur altitude de 300M . Administrativement, ce vignoble fait partie de la Bourgogne viticole depuis 1930 Aujourd’hui  le Beaujolais a acquis une autonomie pleine et entière. Département de la Saône et Loire et du Rhône.

Superficie et Production.

22 000 ha pour 1 100 100 hl
92% de la production Beaujolaise  dans le Rhône.

Données historiques.

Si certains vignobles sont fort anciens, la plus grande partie de celui-ci a été conquise sur la foret au cours du XVIII e siècle. Si en 956, le sir Beaujeu vendait déjà une vigne de Morgon, ce vignoble, n’est vraiment connu que depuis un demi siècle, grâce aux écrivains lyonnais, ainsi qu’à l’influence politique et gastronomique…? Le transfert de plusieurs journaux parisiens à Lyon entre 1940 et 1942 développe la notoriété du Beaujolais.
Après la guerre, la vogue du beaujolais nouveau deviendra un phénomène national et est aujourd’hui mondialement connu.

Personnages célèbre:

Benoit Radet (1780-1844) élimina la Pyrale, ravageur du vignoble.
Victor vermorel joua un grand rôle dans la lutte contre le Phyloxera.
On lui doit le pulvérisateur à dos contenant la “bouillie bordelaise” pour la lutte contre le mildiou et utilisée jusqu’au milieu du XXe siècle.

Aspect climatique :

Climat continental à nuances méridionales. Quelques influences océaniques, le vent du nord apporte le beau temps, le vent du sud la pluie, le vent d’ouest les orages, les risques de gelées printanière. étés chaud et sec, risque d’orage accompagnés de grêles.

Géologie:

Sol: au nord- sols granitiques phosphoryque ou schisteux, les schistes cristallins  et le sol sillicieux. et caillouteux donnent des terrains riches en sable avec peu d’argile, de nombreux élément minéraux, fer potassium, manganèze, tipicité des grands crus. Au sud sols calcaires à concrétion férrugineuses, pierres dorée ou argilo calcaire, donnent des vins de primeurs vins plus colorés plus dure de l’AOC du beaujolais.

L’encépagement:

GAMAY D’origine bourguignonne, très ancien, grandes familles de cépage.
Gamay noir à jus blanc donne un gamay qualitatif capacité d’adaptation à tous type de terroirs. Type de vins de gamay
Peu colorés, arôme secondaires à boire relativement jeunes, tanins plutôt discret. nuance selon appellation, le millesime, le rendement ( facteur intevenant sur la qualité du produit.
Quelque blancs de Chardonnays.

Vinification beaujolaise :

macération carbonique.
à partir de vendanges entières raisins non foulés, récoltes manuelles. première phase de fermentation en cuves contenant du gaz carbonique, fermentation intra-cellulaire  en phase solide – fermentation alcoolique classique en phase liquide. durée 4 à 10 jours suivant les vins recherchés plus courtes pour les vins primeurs, plus longue pour les vins de crus. Pressurage Assemblage du jus de goutte et du jus de presse. Seconde phase de fermentation alcoolique classique.
Taille courte pour la zone du beaujolais village. Taille longue en hautins au sud.

Les Appelations :

AOC beaujolais, éventuellement  completé par la mention supérieur, mention qualitative par rapport au degré et au rendement par hectare 10° et 45 hl/ha 9 869 ha pour 635 158 hl. vins aromatiques, tendances florales et fruité à servir frais sur des entrées..

AOC beaujolais plus nom de communes- terroir spécifique, conditions plus restrictives + village en cas d’assemblage de vins de plusieurs communes.
5 768 ha pour “’é 748 hl 39 communes, belle robe cerise, arômes de fruits rouges – cassis- fraise harmonieux et suaves.
Avec de la charcuterie et de la volailles.

Les crus du beaujolais, qui sont  au nombre de 10

Superficie de 6 010 ha pour 361 274 hl
Saint Amour le plus septentrional des 10 crus dans tout le département de la Saône et Loire.
AOC depuis 1946- superficie 280 ha 15 000 hl sols argilos silicieux.
Vins vifs et équilibrés robe rubis arôme de kirch, épices et Réséda, servi avec les abats, gibier à plumes volaille température 13° souhaitable.

Julienas
Le plus célèbre et la plus médiatique des crus à l’extremité nord du département du Rhône en limite du maconnais. Superficie 580 ha production 30 000 hl. Sol d’origine primaire, granitique te caillouteux. parfois argileux riche et profond. Altitude entre 230 et 430 m robe rubis foncé, arôme de frais et de violette, pêche cassis cannelle groseille pivoine. Vin nerveux et charpenté, élégant et séduisant long en bouche servir à 13° souhaitable avec du gibier à plume et volailles en sauce.

Chénas
250 ha entre Juliénas et Moulins à vent 13 000 hl
Climat tempéré
Sol : sable granitique riche en manganèze.
Sur 2 départements, la Saône te Loire et le Rhône
Le plus rare des cru du beaujolais.
Robe rubis teinté de grenat, corps charpenté notes florales et boisées, vin de garde généreux. Arôme rose pivoine, épice et senteurs animales, à boire jeune ou à garder. Servir à 14° avec des viandes en sauce, chevreau et fromage forts.

-Moulin à vent
675 ha sur les communes de Rhomanèche Thorins en Saône et Loire et de Chénas dans le Rhône. Sols Granitique enrichis en manganèse.
Robe rubis foncé. Arômes dominants: rose fanée évoluant sur violette, framboise et fruits murs, note de caramel, cacao.
Vin de garde vieilli en fûts de chêne, finesse et structure persistance en bouche.
Servir à 15° sur des viandes rouges, gibiers forts, fromages corsés.

Fleurie
Localisation, les 800 ha du vignoble, sont tous sur la commune de Fleurie, un des plus réputé du Beaujolais, très exporté notamment en suisse.
Sol granitique, 90% de la production est commercialisée par le négoce qui en vend la moitié à l’étranger. Robe rouge carmin intense, arôme dominants violette, iris, pêche, fruits rouges, cassis framboise, rose, et senteurs minérales.
Vin élégant et subtil, équilibré.
service à 19° sur des viandes et volailles blanches, gigot à la beaujolaise

Chiroubles
Aoc depuis 1936.
Le cru le plus primeur de la gamme beaujolaise. le plus haut perché entre 340 et 400 m d’altitude. sol granitique et porsphyre. Arôme fruité de bonbon anglais, fruits rouges, framboise, violette,pivoine, muguet.

Vin tendre et élégant, souple racé et fruité, à boire jeune. servir frais 12° avec de la charcuterie, volailles rôtie, viandes blanches.

Morgon
AOC depuis 1936.
textes faisant état du vignoble sur le Finage de Villié Morgon en 957.
Superficie 1100 ha 60 000 hl.
Divisé en 6 climats dont le nom peut figurer sur l’étiquette.
Terroir très particulier roche friables schistes, granitiques décomposés gorgé d’oxyde de fer, couleur ocre.
En vinification traditionnelle: vins charpentés riches puissants, charnus à garder.
Robe grenat soutenue, arôme de fruits cuits, noyau d’amande et de cerise.
Servir à 13°C avec du gibier, fromages, charcuterie, dessert.
En vinification beaujolaise Vin rouge éclatant, frais et fruité. Arôme de Kirch et de framboise. A boire dans l’année, avec du poisssons, viandes blanches, charcuterie.

Brouilly
A.O.C depuis 1938
Le plus vaste vignoble des crus Beaujolais 1305 ha soit 20% du vignoble, c’est le crus symbole du Beaujolais situé au pied du mont Brouilly.
Sols variés, granit bleu, riche en magnésium. Origine volcanique , alluvions
sablonneuses.
Robe rubis sombre, à reflet pourpre.
Arôme de fruits rouges, framboise, pêche, prune, notes minérales.
Vin coloré ferme et corsé.
Souple et fruité, servir à 12° avec petit gibiers à plumes viandes rouges.


Côtes de Brouilly
AOC depuis 1936.
Vignoble entièrement situé sur le mont Brouilly.
Réfèrences dans des textes anciens du XIe siècle.
305 ha 17000 hl sur 4 communes. Sol granite andésite.
Robe pourpre à reflet rubis, parfois violacée .
arômes de fruits Rouges, violette, pivoine, amande et poivre.
Charpenté et charnu, souvent corsé, tanins présents, servis avec volailles oies et canard, viandes grillés fromages.
Plus vieux jusqu’à 10 ans vin affiné, bouqueté et délicat. arôme d’amande, fruits rouges cuits finale poivré, servir à 13° avec viande en sauce et gibier fort.

Régnié
Dernier né des crus, A.O.C depuis 1988.
Sol granit rose, riche en minéraux, Superficie 650 ha, altitude 350m, pentes douces, la vigne de Régnié, bénéficie d’un micro-climat favorable à la personnalité de ses vins
Caractères originaux, cru précoce, robe rouge cerise, aromatique, fruits rouge mûrs, (groseille framboise) floral.
Souple et frais, fruité et long en bouche servir frais avec des entrées chaudes à la crème, spécialités lyonnaise, terrines.

Le Beaujolais nouveau
C’est depuis le 15 novembre 1951 que certains vins d’A.O.C. appelé” vin de café” pouvaient être commercialisés avant la date du 15 décembre.
date légale minimum d’apparition sur le marché….
Ces vins nouveaux proviennent pour 2/3 du terroir Beaujolais et 1/3 du terroir Beaujolais Village.
Robe brillante, rouge clair, groseille ou cerise.
Arôme très typé, floral ou fruité.
A servir frais 10° en toutes occasions.

Vin nouveau un regard acéré sur les vins nouveaux… Dico du Vin.
Le Vignoble et la viticulture biologique.
3,5 % du vignoble en bio, essentiellement de petite surfaces, En 2014 sur 18 000 ha de culture 650 étaient en bio.

Tian

Plat végétarien

tian

Tian d’hivers (Légumes ou plat végétarien)

A l’origine le Tian est Provençal c’est un gratin de légumes, et c’est aussi le plat en terre cuite.Traditionnellement le tian est à base de légumes et de fromage de chèvres mais on peut créer de multiple variantes, voici la mienne tirée de (là)

De 4 à 6 personnes :

  • Une courge (400g)
  • 4 carottes moyennes (400 g)
  • des brocolis (300 g environs)
  • 3 gousses d’ails
  • 1/2 oignon
  • Un chèvre (bûche inutile de vous ruiner ou de la brousse de brebis)
  • Un peu de beurre
  • Des herbes de Provence
  • Un soupçon de miel de châtaignier
  • J’ai suivi globalement la recette de Marmiton, j’ai donc coupé les gousses d’ail et les oignons en petit morceaux en enfourné 10 min au four à 180°.

Mais ensuite je les retirés du fond (ça ne me paraissait pas très logique) et j’ai rangé successivement mes légumes coupés en rondelles ou en morceaux avec l’ail et l’oignon, en ajoutant une couche de fromage de chèvre au centre et une sur le dessus sur lequel j’ai déposé quelque gouttes de miel de châtaignier et des herbes de Provence.

J’ai cuis le tout à 180° pendant 45 minutes seulement et je me suis demandé si une cuisson à température plus basse n’aurait pas été mieux (à voir). Ce gratin peut accompagner de l’agneau, du poisson ou se suffire à lui-même en plat végétarien seules les quantités seront à adapter.

Le vin en accompagnement va dépendre du met qui l’accompagne, si le tian est consommé seul en plat je verrai bien un vin blanc un Sancerre ou un Bourgogne blanc.

dimanche 21 février 2010
Mise à Jour 2016

Windows Phone

Windows Phone ou plutôt Nokia

Et oui Nokia l’inusable, mort de n’avoir pas su innover à temps, a été avalé par Microsoft, qui devient un peu comme Apple constructeur de téléphone et fournisseur d’O.S. Sauf que Windows « Microsoft » Phone est ouvert aussi à d’autres constructeurs, contrairement à Apple.
Windows Phone a eu la bonne idée de se distinguer de ses concurrents en utilisant un « design » personnalisable et très cohérent, contrairement à Androïd où c’est parfois, un peu n’importe quoi. Mais le haut de gamme se paye cher comme chez Apple. on trouvera cependant des portables plus abordables.
Côté usage on note comme chez Apple que l’OS du téléphone rappel furieusement celui des ordinateurs tournant sous Windows. là encore pour rendre plus facile l’expérience utilisateurs.
Le « Store » ou magasin d’application est encore petit mais on y trouvera son bonheur pour l’essentiel. Bon je n’ai pas eu l’avis des utilisateurs, avec 8% en France, ce qui est beaucoup comparé au reste du monde, Windows Phone peut passer pour un portable alternatif, destiné à un public quand même pas trop « Geek », et utilisant Windows comme « OS » d’ordinateur histoire de se simplet la vie. Et est-ce que Nokia conservera avec Microsoft son caractère inusable… ? Et justement Nokia, peut être pas si mort, puisque qu’il vient de se rapprocher  d’Alcatel le « français », qui n’a que le nom de français, car il emploi assez peu de monde en France.
L’inusable serait-ce peut être le « fair-phone » sous Androïd lui ?!…

Consommation

Consomme-action.

Toujours plus, toujours moins chère, toujours plus vite… A quoi bon ?
Si on achète moins mais de meilleure qualité, en prenant soin de préserver les emplois, on dépensera la même chose. Vendana Shiva nous l’explique fort bien; Favoriser ceux qui croulent déjà sous l’argent, n’a pas de sens. Ce faisant j’écris ce « billet » sur un ordinateur dont la société opti-minimise au maximum sa contribution à l’impôt.
A vrai dire je n’ai pas encore trouvé la bonne solution pour ça…
J’ai un vélo, fabriqué en Angleterre, avec de la main d’oeuvre locale. Alors que ma voiture bien française, elle, fabriquée dans l’Exagone, ne peut prétendre au Label « France origine garantie » car beaucoup de pièces sont importées… Bref tout est plus compliqué que ça en a l’air. La question systématique c’est combien à coûté ton vélo, hors la bonne question serait qu’est ce que ça te rapporte.
Alors balance commerciale en déficit, où est le problème nous dirons certains; Mais la France à la folie des grandes surfaces dans la peau, et l’obsession d’acheter moins chère tout en générant un gâchis alimentaire immense. Donc achetons moins, mais mieux, si nous avons des enfants, pensons à eux en choisissant des modes de distributions qui génèrent de l’emploi. Boycottons les caisses automatiques, même si nous pensons que caissière n’est pas un métier digne… ce qui est parfaitement stupide.
Allons faire les courses en vélo, on achètera moins, donc on jettera moins, on sera en meilleur forme, on ira moins chez le médecin. Donc on aura fait de sacrées économies…

Mini muffins light Kiwis-coco

recette économe, hiver.

Une recette légère de Muffins.

J’ai perdu certaines données de mon vieux blogue, et gourmand comme je suis, je désespérais de retrouver une recette vraiment raisonnable de muffins, pour tous les jours et en voici une pour 9 mini-muffins.
C’est super rapide, promis la prochaine fois je chronomètre…

  • 70 gr de farine
  • 50 gr de noix de coco râpée
  • 2 cuillères à café de levure chimique
  • 50 gr de sucre
  • 1 oeuf
  • 100 ml de lait
  • 2 kiwis
  • 30 gramme de beurre (facultatif)
  • 1 cuillère à café de rhum (facultatif)
  • 1cuillère à café de gingembre (facultatif)

Le principe avec les muffins, je mélange le sec farine, levure, noix de coco râpée, à part  je blanchis l’oeuf avec le sucre en fouettant au fouet ou à la fourchette, je rajoute le lait et le beurre ramolli, j’ajoute le tout au mélange farine, levure, noix de coco, je coupe des Kiwis en petits morceaux que j’ajoute avec un peu de rhum, facultatif et des épices au choix, j’ai rajouté du gingembre en poudre valeur d’une cuillère à café.
Je verse dans le moule silicone mini-muffins rempli à raz.
J’enfourne à 210° après un bref séjour au congélateur si on veut qu’ils soient bien moelleux au centre mais c’est un truc à moi.
reste 20mn de cuisson.

J’ai utilisé des ingrédients bios, d’où la couleur, farine de petit épeautre pauvre en gluten, sucre de canne complet et lait entier… ça peut jouer sur l’aspect, je n’ai pas mis de beurre pour les muffins sur la photo !

Et comme d’habitude il y a d’autres trucs que j’essaierais la prochaine fois comme utiliser en partie du miel d’acacia ou autre.