Une obscure petite abeille…

Une obscure petite abeille mise sur les listes des espèces en danger, voilà comment on voudrait nous influencer sur la « tweetosphère ».

L’information de base était que les abeilles faisaient leur apparition sur la liste des espèces en danger.  Plutôt inquiétant, hors une réponse qui n’en était pas vraiment une, nous précisait qu’il ne s’agissait en fait que d’une obscure « insignifiante » petite abeille hawaïenne…  hors justement ce qui disparaît ce sont tous ces petits pollinisateurs qui ne font pas partis nécessairement des abeilles domestiques, mais qui jouent un énorme rôle pour les plantes et la bio-diversité.

En bref il n’y a pas d’obscures petites espèces d’insectes ou d’animaux inutiles. La seule chose inutile sur la planète, c’est nous…

Pour conclure sur Hawaï, si vous l’avez manqué, regardez « cash investigation » sur les pesticides et découvrez le traitement particulier que les industriels de l’agro-chimie, font subir à Hawaï. (lien vers un article de « the Guardian » en anglais)

Cépage Mollard

Le Mollard est un cépage noir de cuve, donc destiné à la vinification, il est originaire des Hautes-Alpes où il peut être appelé molar, tallardier, ou encore plant de Veynes; entre autres. Il ne doit pas être confondu avec le cépage espagnol le Molar Negro, qui est en fait, du Carignan.

On le trouve

Coup d’œil sur le Vignoble

Les Hautes-Alpes

Sur la route des vacances en passant dans les Hautes-Alpes découverte d’un vin à partir de cépage local le Mollard, un vin peu tannique et gouleyant sur des arômes de fruits rouges marqué cerise… un vin sympa à consommer un peu comme un beaujolais pour tous les jours ou un repas sans chichi entre amis.

Les domaines dans les Hautes-Alpes.

IGP Hautes-Alpes

Le classement des entreprises vertueuse.

Prudence,

Ce classement est un classement « Business », il est à prendre avec précaution,
Apple bien classé, ne s’illustre pas toujours, pour preuve la pression mis sur ses sous traitants pour conserver ses marges dernièrement, doit bien avoir un impact sur le moral des salariés sous traitants….
Le classement 2015 de ces entreprise du « Web ».
Et un classement plus large pour les géants mondial…
Un classement sous forme de lettre et très large sous forme de notation par lettre et lié aux efforts pour le climat.
Ce classement est juste utile pour un achat incontournable comme un ordinateur, une voiture… Mais pour la VRAI vie rien ne vaut une entreprise locale et une famille derrière qui a besoin de faire chauffer la marmite.
Pour reprendre un exemple d’une personnalité célèbre. Et puis pour ne pas avoir l’air de l’idolâtrer, un article au vitriol, dont on se demande quel est le but, sur cette dame et les personnalités du mouvement alter-mondialiste en général.

Enfin les 100 entreprises grandes responsables du réchauffement… Elles sont pour la plupart dans le pétrole. Notre responsabilité est de les éviter.
Pensez-y chaque fois que vous mettez le plein dans la voiture ou que vous remplissez votre cuve de fioul ou allumez le gaz. Le nucléaire quoi que très problématique nous permet quand même de limiter la casse. L’idéal étant les renouvelable et surtout la sobriété énergétique.
Comme pour la voiture l’énergie la moins chère est celle que nous ne consommons pas.

Ces classements sont intéressants et montre quand même une prise de conscience face à la problématique du réchauffement, ou du traitement de la main d’oeuvre. Mais c’est nous en choisissant de préférence certains acteurs du marché plutôt que d’autres qui changerons le monde et préserverons l’avenir de nos enfants…

Archives : pour avoir un coup d’oeil sur le passé initié par Greenpeace.

L’aventure est juste là

Comment tuer 2 heures de correspondance

De Lyon Pardieu, au parc de la Tête d’Or

 

Je crois que j’ai toujours aimé les trains, les gares et les voyages… Alors quand je peux concilier les 3…

En visite dans le Jura, il y une gare de campagne pas loin, et comme je dois me rendre en Provence je me suis dis, on va tester… La gare étant à 13 km, et les trains n’étant pas légions je charge mon Vélo et me prépare pour le trajet, je calcule Le trajet 45 minutes sauf une petite côte à froid… C’est de la descente… J’entends qu’on appellent les vaches pour la traite, L’aube pointe juste le bout de son nez rose… Et passé le village et les lumières de la fruitière à comtés,  ce sont des hurlements,  des loups !?.. À moins que ce ne soit que l’heure de la soupe pour les chiens de chasse… La piste des câlins, ils sont prêt à tout ces jurassiens pour vous faire faire du vélo.
Arrivé à la gare en avance un étrange panneau m’indique que les billets sont en vente à la maison de la presse… Je sais heureusement qu’il y a un automate sur le quai… La gare est fermée je fais le tour sur le côté pour accéder au quai. Après un combat acharné avec la machine j’obtiens mon billet…j’apprendrais plus tard qu’on peut les prendre à bord en se présentant immédiatement au contrôleur…  Je vois passer l’autorail local dans un sens puis dans l’autre… dans ces stations de montagne les « culs de sacs sont nombreux.

Mouchard première correspondance comme je n’ai pas prévu ce voyage à l’avance je me présente au guichet, où on me réponds qu’il faut utiliser l’automate on m’indiquera plus tard où se trouve le café le plus proche, et on me proposera même de surveiller mes affaires…

Sur le quai je retrouve la personne du bureau information avec la casquette de « chef de gare » elle aide même à ouvrir les portes de ce vieux train corail… Faut dire qu’elle est toute seule… Me voilà à Poligny à 9h47 c’est bon à savoir pour la prochaine fois… Quand je viens en train…

Mon train sera en retard à la gare de Lyon Pardieu, et je louperais ma correspondance, heureusement mes valises son porté par le vélo, et ce dernier me portera jusqu’au parc de la tête d’or à Lyon. J’arriverai en Provence avec 3 heures de retard, mais avec un excellent souvenir de Lyon où tous ont été sympathiques, partout où je me suis arrêté, de quoi lever tout apriori sur cette ville.

Pour en savoir plus sur ce périple je vous propose ces liens…

La ligne des Hirondelles.
Le parc de la tête d’or.

Méfions nous des paysages trop lisses.

Destruction

Dans la Brie…

Ce paysage qui peut nous sembler enchanteur, il a été longtemps utilisé sur ma page twitter, et pour ceux qui on l’oeil, c’est le paysage de l’industrialisation des cultures.
Ce jours là le tracteur en arrière plan détruisait une haie, pour agrandir encore ce qui me semble un désert de monoculture.
Quel est le problème me direz-vous ? Si vous jardiner vous vous êtes aperçu que concentrer trop de mêmes plantes au même endroit attirent leurs amateurs, que l’on nomment ravageurs. On est obligé de traiter, et a très grande échelle, on utilise même les hélicos…. Et tant pis pour ceux qui se trouveraient en dessous !!!
Comme les haies sont détruites, l’été moins d’ombre, plus d’arrosages, plus de lessivages des produits nocifs, et une érosion des sols, voir des inondations grâce au ruissellement accentué. Bref ce paysage rapporte beaucoup à l’agriculteur subventionné, même en cancers divers et variés, et il nous coûte cher…

C’est la rentrée… Ok mais en Vélo…

cropped-xe_vélo2016.jpgEn vélo c’est toujours les vacances !

Alors voici un itinéraire complet de Paris à Fontainebleau plus court et tout aussi sympa que la future « Scandibérique presque réalité en 2017« … Comme elle longe le RER D La plupart du temps, vous pourrez l’utiliser si les forces venait à manquer….
Dans les grandes lignes il passe Par Charenton, Alfortville, Villeneuve-Saint-Georges, Montegeron, La forêt de sénart en partie sur une zone goudronnée, l’Allée Royale,
la forêt de Rougeau, Nandy, Cesson, Bois de Bréviande, Melun, Vaux le pénil, Chartrette, Bois-le-roi, Forêt de Fontainebleau, Samois

Si vous ne pouvez pas accéder à la carte essayez ()

(And I try a little translation) This is a way from the north of Paris to Fontainebleau area, quiet way crossing several famous area.
Watch out !!! Melun is not a bike’s very welcoming city, this is the dangerous part.

Mangez de saison !!!

Mangez de saison, c’est du bon sens, j’ai rencontré une dame l’autre jour qui cherchait des fraises au moins de septembre… Alors c’est sure il y a bien les remontantes, mais septembre il y a, par exemple : les figues, le raisin et plein d’autres chose.
Si en plus on peut consommer local c’est encore mieux…
Si vous avez des enfants et des petits enfants que vous voulez leur faire plaisir, devenez écolo. Bobos en plus si ça vous fait plaisir, car il ne faudrait pas que les plaisirs d’enfants du  vingtième siècle disparaissent avec le vingt et unième. Qui nous dit que les fraises des hivers de maintenant n’hypothèquent pas les productions futures du printemps en pleins champs.
Je suis un fervent defenseur des produits locaux, encore faut-il que lorsqu’il s’agit de produits transformés, qu’on ne fasse pas du saucisson Corse avec des porcs de Bretagne, car si non, ça perd de son sens et de son charme. Même chose avec les confitures les fruits devraient être produit localement ce qui est rarement le cas.

 

À consommer en février.

À consommer en mars.

À consommer en septembre.

 

Les mûres.

Des mûres mures...

Mûres

Une délicieuse indésirable…

La nature est généreuse mais quelque peu piquante, c’est le triste destin des mûres, fruits des ronces que l’on arrache, et qui sont le signe d’un jardin à l’abandon… l’éradication des ronces, a rendu ce petit fruit commun, on ne peut plus rare et chère à l’achat… Alors qu’il suffit d’un petit bout de terrain des gants et de quoi conduire les tiges… pour profiter gratuitement de ses bienfaits… Elles sont mures, en ce moment un peu partout, on la mange cru ou cuite, cueillie à bonne hauteur, les fruits trop bas pourraient avoir été contaminées par la redoutable échinococcose, sauf si elles sont cuites au-delà des 60 degrés, bref, en cet été 2016 où les fruits et légumes atteignent des sommets ne vous privez pas….
Surtout qu’à état sauvage elle est sobre en sucres, riche ne vitamine C. source de vitamine A,B et E. Toutes ses étonnantes qualités sont expliquées (là-bas)..
Que dis-je, un petit bout de terrain, même pas la peine, à quelques tours de roues de vélo, vous aurez toutes les chances de tomber dessus. En cette année 2017 alors que je calais dans les murs quelque part sur l’EV6, des mures m’ont requinqué.

Mangez de saison !!!

Notes sur ce millésime 2016 qui s’annonce

Et des idées de visites en vacances ou sur la route… en bas de page.

Notes personnelles et provisoires évidemment… sur les influences climatiques de ce millésime 2016.

Hiver doux avec un mois de décembre 2015 exceptionnelement doux, et assez doux de janvier à mars.

Printemps très froid avec un mois d’avril avec des températures de -10 degrés par rapport aux moyennes. Et relativement humide. Cette tendance était globalement partout la même en France métropolitaine.

Gelée en Bourgogne et risque important de perte de récolte, entre autre dans le Chablisien,et les régions de Cognac, Champagne, le vignoble  de Menetou Salon et la région Aquitaine, orages, grêles, inondations  l’année 2016 promet d’être difficile pour le moment. Voyons voir qui aura le plus de chance cette année, car là ça devient vraiment une question de chance… Avec la palme de la poisse pour le Chablisien touché d’abord par les gelées de printemps puis par la grêle. Et lors de mon passage juste avant les vendanges c’est l’appellation Saint-Bris avec ces sauvignons qui aurait le plus souffert…

En Champagne gel important, et pluviométrie importante, le mildiou s’est développé. Les viticulteurs auront l’autorisation de puiser dans leur vins de réserve, il ne devrait pas y avoir d’impact sur la production des champagnes sauf les millésimés dont les conditions climatiques de fin d’été seront déterminantes…

Et ce millésime décidément compliqué, les viticulteurs de « Pic Saint-Loup » touché par la grêle juste avant les vendanges et des zones touchés par la sécheresse…

Cette fin d’été va donner des récoltes disparate, en Provence on accuse un gros déficit de pluie, pour les régions les plus arides comme les coteaux de Pierrevert près de Manosque ou les vendanges même en rouge était avant le 15 septembre. Alors que dans le Nord on projette plutôt fin septembre.

En cette fin d’été allez découvrir l’intense activité qui règne dans les exploitations. Et profitez en pour découvrir les produits régionaux.